Actrice à succès malgré les doutes de ses professeurs, puis productrice et réalisatrice de films, elle a brisé des tabous contre les femmes et les étrangers à la télévision, et apporté des innovations techniques dans les sitcom.

Lucille Désirée Ball naît le 6 août 1911 à Jamestown, dans l’État de New York (USA). Sa mère, Désirée Evelyn Hunt, est pianiste de concert. Son père, Henry Durrell Ball, est poseur de lignes téléphoniques. Lucille a trois ans, quand ce dernier meurt de la fièvre typhoïde.

Quatre ans plus tard, sa mère épouse Edward Peterson, un franc-maçon qui encourage Lucille à jouer dans des spectacles et à passer des auditions. Cette vocation artistique comble le besoin d’éloges et de reconnaissance, qui lui font défaut.

« Inapte à la comédie »

À 15 ans, elle intègre la John Murray Anderson School for the Dramatic Arts, de New York. Malgré son désir de monter sur scène, Lucille est trop timide et nerveuse pour jouer la comédie.

Prétextant son manque de talent, prédisant qu’elle ne réussirait pas dans ce métier, l’école la renvoie.

Déterminée à prouver le contraire à ses anciens professeurs, elle intègre à 17 ans la maison de couture Hattie Carnegie, comme modèle. Elle joue également à Broadway, dans des comédies. Des rhumatismes articulaires aigus l’éloignent cependant des planches pendant deux ans.

Lucille retourne alors au mannequinat, puis pose sur des affiches publicitaires pour la marque de cigarette Chesterfield, avant de se voir offrir un petit rôle au cinéma par le directeur de la MGM.

Actrice B

À 22 ans, elle part pour Hollywood, tenter sa chance comme actrice. Durant une dizaine d’années, elle joue et chante dans plus de 70 films mineurs, et dans des pièces de théâtre.

Sur un tournage, elle rencontre à 28 ans Desi Arnaz, un musicien et acteur américain d’origine cubaine, qu’elle épouse et avec lequel elle aura deux enfants (Desi Jr. et Lucie).

Productrice et innovatrice à succès

À 39 ans, elle fonde avec Arnaz la société Desilu Productions, dont elle devient la présidente et directrice. Le studio financera les premières saisons de The Andy Griffith Show, Star Trek, Mannix et Mission impossible.

À 40 ans, elle créé le sitcom I Love Lucy, centré sur son mariage et sa vie quotidienne avec Desi. La série (180 épisodes d’une demi-heure) figure parmi les plus gros succès de l’histoire de la télévision américaine. Elle recevra 20 récompenses, dont cinq Emmys.

En matière de tournage télévisé, Desilu et I Love Lucy innovent : avec l’enregistrement des films devant un public, l’emploi de plusieurs caméras de prises de vues, ou encore des décors distincts, adjacents les uns aux autres.

Briseuse de tabous

La série fait également tomber des interdits puritains de la télévision américaine : contre les réticences de CBS qui diffuse le sitcom, Desilu impose un étranger (Arnaz) comme personnage principal. Elle insiste aussi pour que Lucille apparaisse enceinte de leur deuxième enfant à l’écran.

Pour cette dernière, I Love Lucy n’est pas seulement un simple projet télévisé vedette ; mais un moyen de sauver son mariage avec Arnaz.

When women want equal rights – I Love Lucy

Leur relation était devenue très tendue, à cause de leur travail qui les maintenait souvent éloignés, mais surtout de l’attrait d’Arnaz pour les autres femmes.

Après leur divorce en mai 1960, Lucille rachète les parts d’Arnaz dans Desilu, et devient la première femme à posséder et diriger un studio de production. Desilu sera vendu en 1967 à Gulf+Western.

Lucille produit ensuite et joue dans la comédie musicale de Broadway : Wildcat. Le spectacle reçoit des critiques tièdes, puis est annulé lorsque l’actrice et productrice tombe malade durant plusieurs semaines.

Influenceuse

Surfant sur le succès d’I Love Lucy, elle produit et tourne The Lucy Show (1962-1968), puis Here’s Lucy (1968-1974). Les deux séries télévisées recevront un succès plus modeste que l’œuvre originelle.

En 1986, elle essaie de relancer son personnage célèbre éponyme dans Life with Lucy. Le sitcom est cependant annulé après trois mois.

En 1971, elle devient la première femme à recevoir la médaille d’or de l’International Radio and Television Society. Elle est intronisée auprès du Television Hall of Fame.

Jusqu’à la fin de sa carrière, elle continuera à jouer pour le cinéma et la télévision, jusqu’à son décès à 77 ans d’un anévrisme de l’aorte abdominale.

Lucille a ouvert la voie aux femmes productrices, aux actrices enceintes, et aux premiers rôles de non blancs et étrangers, sur les plateaux de télévision.

Pour sa contribution au mouvement en faveur des femmes, elle intègrera à titre posthume le National Women’s Hall of Fame, une organisation dédiée à la reconnaissance des réalisations des grandes femmes américaines.

ANECDOTE

« Comment est née ‘I Love Lucy’ ? Plutôt que de laisser les avocats du divorce profiter de nos erreurs, nous avons décidé d’en profiter nous-mêmes » (Lucille Ball).

BIOGRAPHIE

30 novembre 1940 : elle naît à Jamestown (USA).

1928 – 1929 : elle débute comme modèle et comme actrice de théâtre à Broadway.

1930 – 1940 : elle joue et chante comme choriste, dans plus de 70 films B.

Novembre 1940 : elle se marie avec Desi Arnaz.

1950 : elle lance sa maison de production de films : Desilu.

1951 – 1957 : elle produit et tourne dans I Love Lucy.

Mai 1960 : elle divorce d’avec Desi Arnaz.

1962 : propriétaire à 100% de Desilu, elle devient la première femme à diriger un grand studio de télévision.

1962 – 1968 : elle (se) produit dans The Lucy Show et Here’s Lucy (1968-73).

26 avril 1989 : elle décède à Los Angeles d’une rupture d’anévrisme.

2001 : elle est intronisée au National Women’s Hall of Fame.