Guillaume Kroll lance une formation supérieure en sécurité IT, et se positionne comme un des pôles dexpertise du pays dans le domaine.

A Esch-sur Alzette, le Lycée Guillaume Kroll met en place un brevet de technicien supérieur (BTS) en cybersécurité, prévu pour débuter en automne prochain.

Lancée par un groupe d’enseignants, en collaboration avec des experts ministériels du domaine, l’initiative positionne l’établissement comme un des pôles d’expertise IT aux côtés de lycées des Arts et Métiers (Luxembourg-ville) et Edward Steichen (Clervaux).

L’établissement propose déjà deux formations de ce type en cloud computing, et en communication technologies.      

Le futur cycle d’enseignement supérieur de deux ans vise à préparer les étudiants de 18-20 ans aux métiers de la cybersécurité.

« Le marché a un besoin énorme en jeunes talents dans ce domaine, » explique Marc Ludwig, un des enseignants en IT de l’établissement et co-initiateur du projet. « Notre formation constitue ainsi une réponse à cette demande et aux défis actuels en la matière ».

Collaboration avec les start-ups

Après avoir exposé son projet à la direction du Lycée, il soumet son concept au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR), qui l’approuve.

Guillaume Kroll, un des pôles d’expertise IT du pays (photo : LGK)

La démarche fait suite à l’initiative « digital Luxembourg » lancée par le gouvernement en 2014.

Elle s’inscrit aussi dans le programme Sparta, un réseau européen de compétences en cybersécurité, visant à coordonner et à développer la mise en œuvre de la recherche et de l’innovation de haut niveau en matière de sécurité numérique, afin de renforcer l’autonomie stratégique de l’UE.

L’approche se veut donc technologique, théorique et pratique : avec un focus en matière de gouvernance et de communication, et sur les tendances du moment dans ce domaine.

Notre formation constitue ainsi une réponse à cette demande et aux défis en matière de cybersécurité.

Aussi, la formation en anglais compte cinq piliers. Trois sont techniques (systèmes d’exploitation et automatisation ; technologies de réseaux de télécommunication ; concepts de sécurité.

Un 4ème porte sur la gouvernance (organisation, gestion de la sécurité, législation).

Le dernier est axé sur la communication (gestion de projets ; développement personnel : comment communiquer avec des non-spécialistes, comment préparer un entretien d’embauche…).

L’enseignement reposera en outre sur une coopération avec des acteurs du secteur : 250 heures du programme seront dédiées à des présentations et des workshops par des intervenants extérieurs, et à des visites en entreprise.

Le cursus se termine par un stage en entreprise de 12 semaines en fin du 4ème semestre.

« Le partenariat avec le milieu professionnel fait partie intégrante de notre philosophie, » insiste Marc Ludwig. 

« La sécurité de l’information connait une évolution et des développements permanents, que l’école n’est pas en mesure de suivre ce rythme. D’où notre recours à des spécialistes et des experts externes ; toute collaboration avec les start-ups est donc bienvenue ».

Le partenariat avec le milieu professionnel fait partie intégrante de notre philosophie.

Par ailleurs, les 14 étudiants seront mis en réseau avec les professionnels locaux et pourront ainsi développer des contacts réguliers avec les spécialistes et les représentants de l’écosystème cybersécuritaire luxembourgeois.

« Une fois leur BTS cybersécurité en poche, les jeunes spécialistes possèderont les connaissances nécessaires pour gérer et analyser des incidents, ou encore pour déployer et administrer des infrastructures de sécurisation des systèmes et des réseaux, et plus généralement pour répondre aux défis les plus actuels en matière de sécurité, » détaille Marc Ludwig.

Accès à une dizaine de métiers

« Ils disposeront également des compétences professionnelles requises pour travailler dans une équipe de sécurité opérationnelle ou comme conseillers techniques ».

Le BTS leur ouvre ainsi la porte à une bonne dizaine de métiers : incident response analyst, , network security operator, security administrator, operational security officer, CISO assistant, security operations desk…

Nous restons très confiants, car le concept a entretemps fait ses preuves avec notre BTS cloud computing.

Marc Ludwig voit déjà plus loin : il compte jeter des ponts avec des universités de la Grande-Région, comme Nancy et Luxembourg, afin de permettre aux jeunes diplômés d’intégrer une 3ème année de Bachelor en cybersécurité.

Une démarche qui a déjà été menée pour les autres BTS de Guillaume Kroll.

Le projet est actuellement en cours d’accréditation et d’approbation, par le Ministère ; sa réponse est prévue pour début mai. Les inscriptions débuteront dès le feu vert ministériel.

« Nous restons très confiants, car le concept a entretemps fait ses preuves avec notre BTS cloud computing, » conclut Marc Ludwig.