Des machines prédictives de l’Antiquité jusqu’aux applications à faible code ou sans code actuelles, l’Intelligence Artificielle jalonne notre quotidien. Bien souvent, nous l’utilisons machinalement, sans le savoir.

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle (IA) ? Des machines, des robots, des logiciels, qui imitent et reproduisent les capacités de résolution de problèmes et de prise de décision de l’esprit humain.

Le terme est créé en 1956 par le mathématicien-chercheur américain John McCarthy, un des pères de la discipline. Pour ce pionnier des sciences cognitives, l’IA repose sur des « programmes informatiques capables de prendre en charge des tâches habituellement effectuées par des humains, car demandant un apprentissage, une organisation de la mémoire et un raisonnement ».

L’objectif est de parvenir à transmettre à une machine des fonctions propres aux vivants, comme la rationalité, la planification et la perception. Celle-ci reçoit ainsi des données, les analyse et réagit.

Ses systèmes dotés d’IA adaptent ensuite leurs comportements en analysant les effets produits par leurs actions précédentes, le tout de façon autonome.


2.000 ans d’intelligence mécanique

L’idée d’une machine intelligente existait déjà en Grèce antique. En 1901, Un appareil prédisant des événements astronomiques (phases de la lune, éclipses lunaires et solaires…) est retrouvé dans une épave près de l’île grecque d’Anticythère. Vieux de plus de 2.000 ans, le mécanisme est considéré comme le premier ordinateur au monde.

Mais c’est au 20ème siècle, avec les progrès de l’informatique et de l’électronique, que les théories et travaux sur l’IA s’accélèrent.

En 1950, Alan Turing, qui avait déchiffré les messages codés allemands durant la Seconde Guerre mondiale, publie un ouvrage fondateur (« Computing Machinery and Intelligence »), et pose la question : « Les machines peuvent-elles penser ? ».

Le mathématicien britannique y décrit non seulement comment construire des machines intelligentes, il propose aussi une démarche (« test de Turing ») pour mesurer leur intelligence.

Durant les années 2010, l’IA fait un bond en avant, grâce aux avancées technologiques comme la gestion de quantités massives de données (big data), à des puissances de calcul inédites, et des processeurs et cartes graphiques à haut rendement.

Des algorithmes classent et reconnaissent désormais les informations. Et pour la première fois, la machine surpasse les capacités humaines.

Aujourd’hui, l’IA est bien présente dans notre quotidien : comme la reconnaissance d’images (photo et vidéo) de caméras dans les lieux publics ou les transports en commun, qui détectent automatiquement des informations et signalent des anomalies; dans le domaine médical, elle aide au diagnostic des cancers et maladies rares, et dans l’agriculture, elle permet de tracer maladies et nuisibles dans les champs.

Un marché à 500 milliards de dollars

Son marché actuel pèse 325 milliards de dollars. En 2024, il s’élèvera à 500 milliards, selon la société d’études marketing IDC.

Dans ses « Prédictions IA 2021 » de février dernier, PwC note que 93% des sociétés interrogées recourent à l’intelligence artificielle, notamment pour analyser leurs coûts et performances, pour automatiser leurs opérations et processus, pour leurs prévisions et décisions stratégiques.

La haute technologie et les télécommunications, les services financiers, l’industrie pharmaceutique et de la santé sont les secteurs déjà à la pointe dans ce domaine.

L’émergence de plateformes à faible code et sans code devrait s’accélérer l’adoption de l’AI en entreprise : celles-ci propose en effet des applications prêtes à la production, sans connaissances approfondies de programmation, palliant ainsi la pénurie d’analystes data et de développeurs.

Déjà, des technologies comme l’Internet des objets, la 5G et l’Edge Computing profitent des progrès de l’AI. Et il y a fort à parier que l’interaction de ces techniques débouchera sur de nouvelles applications qui bouleverseront notre quotidien.

Stratégie luxembourgeoise à l’AI

Quand l’intelligence artificielle devient un projet sociétal : en 2019, le Luxembourg annonçait sa vision stratégique de l’intelligence artificielle (AI4Gov).

L’initiative visait à « faire du Luxembourg une des sociétés numériques les plus avancées en Europe et dans le monde, créer une économie durable basée sur les données et construire une intelligence artificielle centrée sur le citoyen ».



En 2020, six projets ont ainsi été mis en place. Concrètement, les administrations sont encouragées à utiliser « ces technologies innovantes pour développer de nouvelles méthodes et analyses aux problématiques existantes, d’augmenter l’efficacité du traitement des données et, ainsi, améliorer leurs services et leurs procédures ».

  • Indexation d’images : le Service information et presse du gouvernement a adopté une application IA identifiant les personnalités politiques sur les photos par la reconnaissance faciale, pour une meilleure exploitation des contenus de la médiathèque pour l’ensemble de l’État.
  • Extraction d’objets topographiques : pour détecterde nouveaux bâtiments et de nouvelles routes, et pour identifier des zones de constructions, l’Administration du cadastre et de la topographie a mis en place une application d’extraction par l’IA d’objets topographiques à partir d’images aériennes, réduisant ainsi la charge de travail des agents de l’Etat et optimisant la mise à jour de ses bases de données.
  • Transcription de textes : afin d’améliorer la numérisation et la transcription des textes, articles et ouvrages et de mieux identifier les personnes, lieux, organisations et dates, la Bibliothèque nationale de Luxembourg a adopté un logiciel AI de reconnaissance optique de caractères (OCR).
    Le projet a servi de base à une nouvelle application interactive, favorisant l’exploration dynamique des articles, et améliorant ainsi l’accès aux journaux numérisés.
  • Reconnaissance automatique d’écritures manuscrites anciennes : Les Archives nationales de Luxembourg utilisent une plate-forme de reconnaissance d’écriture assistée par IA, appliquée à la transcription et à la recherche dans des documents historiques, à partir d’images numérisées de manuscrits des 17ème et 18ème siècles.

Intelligence artificielle – Applications réelles

  • Reconnaissance vocale : traitement du langage naturel pour retranscrire la parole humaine dans un format écrit. Des applications comme Siri par exemple l’intègrent dans leurs systèmes pour effectuer des recherches.
  • Service client : des agents virtuels en ligne accompagnent le client tout au long de son parcours, et répondent notamment à leurs questions. Les sites d’e-commerce, Slack ou Facebook Messenger les utilisent dans leurs applications de messagerie.
  • Vision par ordinateur : des systèmes tirent des informations d’images numériques, de vidéos et d’autres entrées visuelles, puis prennent des mesures sur la base de ces données.
    La technologie est appliquée dans le marquage de photos dans les médias sociaux, l’imagerie radiologique dans les soins de santé et pour les voitures autonomes.
  • Moteurs de recommandation : les algorithmes utilisent les données de comportements de consommation passées, pour développer des stratégies de vente plus efficaces, comme les recommandations complémentaires aux clients lors de leurs achats en ligne.